« Il est cinq heures… »

Nous étions habitués dans notre espace régional à un décalage d’une demi-heure avec Terre-Neuve tout en se trouvant sur le même fuseau horaire. Et voilà que le JT du Vingt heures de SPM 1ère passe à 19h30. Une révolution, comme nous l’aura expliqué la patronne de la maison en nous faisant part d’une vaste consultation préliminaire dont on aura pour la première fois entendu parler. Encore eût-il fallu que chacun mît les pendules à l’heure dans cette nouvelle course contre la montre, regimberont certains.

Déjà qu’avec la messe de minuit à 22h on était désarçonné, m’aura rappelé un ami. J’en conviens. Un coup à voir midi à 14h00, pourrait-on ajouter.

Comme ça les enfants pourront se coucher plus tôt, nous aura-t-on expliqué, ce qui fait une belle jambe au célibataire, au déplumé (ne perd-on pas des plumes quand les enfants grandissent ?) ou à ceux qui ne regardent jamais la télé. (ça existe ?)

Il est vrai que l’accès à l’information a évolué avec Internet. Mais la navigation on-line ne convient pas à tout le monde.

Le JT du 20h aura été perçu de longue date comme la grand-messe laïque du quotidien. Paix à son âme agitée.

Quoi qu’il en soit, quand « il est cinq heures Paris s’éveille », comme chante Dutronc, ce qui ne nous a jamais empêchés de dormir.

Henri Lafitte, Chroniques insulaires
7 janvier 2019

En complément, pour nourrir la réflexion : https://www.cheznoo.net/communiques/read/14682?fbclid=IwAR3wBp4kfGQgv-CToSpD2bUT5oJFhvjL86-Lsyq2HqSH_ZmbY8SIwR4ifvI