« La France vendue à la découpe »

Il est un livre qu’il est bon de lire et méditer tant son contenu très documenté interpelle quant à la situation actuelle de la France, le tout dans un contexte où une partie de la population, par le mouvement des Gilets jaunes, lance un cri d’alarme depuis plusieurs semaines.

Vers quels décrochages nous dirigeons-nous ? La question est posée à la lecture de La France vendue à la découpe par Laurent Izard. On tombe de haut qu’on on réalise à quel point les entreprises françaises, les grandes du CAC 40, mais aussi les entreprises de taille intermédiaire de 250 à 4999 salariés, mais aussi les PME ne sont souvent plus… françaises mais sous domination des capitaux étrangers, quand elles ne sont pas devenues tout simplement étrangères et ce dans les domaines les plus variés : l’industrie, l’hôtellerie, la mode, la logistique, l’électronique, la robotique, le transport, l’e-commerce, les vignobles… Le tableau brossé est précis, éloquent.

Comment ne pas réaliser l’effet terrible des dividendes qui fuient alors hors de France et qui n’alimentent plus le fonctionnement social du pays ! Malheureusement, l’Etat d’Emmanuel Macron « ne cherchera pas à contrarier les cessions d’entreprises à de investisseurs étrangers » de souligner le chercheur (p.88) ; la politique est à court terme, cherche à rentrer de l’argent dans les caisses, en occupant les effets de ces choix sur une échelle de temps plus longue. L’ « absence de volonté politique » est mortifère. Certes des outils juridiques existent ; « encore faut-il avoir la volonté de les mettre en œuvre. »

A l’heure où l’on évoque souvent la mondialisation, un tel ouvrage permet d’en prendre toute la mesure. « Nous assistons sans réagir à un suicide industriel assisté qui permet à nos concurrents de faire main-basse sur l’ossature de notre économie. » La réduction progressive de l’emploi en France en est la résultante.

Alors que les Etats-Unis, le Canada, la Chine, l’Allemagne, voire même L’Espagne savent protéger leurs entreprises, on a l’impression que nos gouvernants se conduisent comme des enfants de chœur. On brade dans l’inconscience absolue et pas uniquement dans le secteur industriel. La privatisation annoncée d’ADP (aéroport de Paris) en est une illustration.

« On a peut-être moins d’hommes d’Etat qu’on devrait en avoir » de souligner l’auteur sur les ondes de Sud-Radio en janvier 2019 à l’occasion de la sortie de son livre, résultat de trois ans de recherche.

Rejaillissent les paroles de Félix Leclerc dans L’Encan : « Une fois, deux fois, trois fois, vendu /

Installez-vous monsieur ! » Pouvait-il imaginer que sa chanson collerait si bien à la France de 2019 ?

Henri Lafitte, Chroniques insulaires

29 janvier 2019

Laurent Izard, La France vendue à la découpe , Editions L’Artilleur, 2019 – ISBN : 978-2-81000-859-9

Complément d’information, entretien de Laurent Izard sur Sud-Radio : https://www.youtube.com/watch?v=QAZUpgFB-GU