// Vous lisez...

Bouillonnement culturel

Le Ravenel - Dossier de l’Echo des Caps No 842

NUMERISE ET REPRODUIT AVEC LA PERMISSION DE L’AUTEUR ET DE LA REDACTION DE L’ECHO DES CAPS - André Lafargue

Avant la Fête du 3 juin prochain, et en hommage à de valeureux marins...

Le Ravenel : il y aura 40 ans en janvier 2002

Membre de notre comité de rédaction pendant de nombreuses années, Jean-Claude Fouchard a attiré notre attention ces dernières semaines sur l’histoire très particulière d’une maquette du chalutier « Ravenel », disparu avec son équipage en 1962. Nous lui avons demandé de bien vouloir mener l’enquête pour nous.

Enquête de Jean-Claude Fouchard

Avant-propos de l’auteur : Ces quelques lignes sont destinées à apporter quelques informations concernant la maquette du chalutier « Ravenel ». Il m’a été assez difficile, à ce jour, de recueillir spontanément des renseignements précis et complets sur le sujet. Les faits qui suivent sont donc le résultat d’une enquête personnelle n’engageant que moi. Il me sera toutefois agréable d’y apporter d’autres précisions ou rectifications si des personnes le jugeaient nécessaire.

...

Le chalutier « Ravenel » est arrivé à Saint-Pierre en novembre 1960, sous la responsabilité du capitaine René Lehors qui en assura la traversée Saint-Malo/Saint-Pierre via Saint-Jean de Terre-Neuve. Il avait été construit en France (Saint-Malo) pour la Société de Pêche et de Congélation (SPEC) qui possédait déjà d’autres unités. Ces chalutiers alimentaient de poisson frais l’usine frigorifique située à l’extrémité de la route du Cap à l’Aigle. Ces bateaux avaient pour noms : Galantry I et II, Savoyard I et II, Colombier, Rodrigue, Jan Maria et le dernier, Ravenel. Les habitants de Saint-Pierre et Miquelon se souviennent du tragique accident qui arriva : le 28 janvier 1962, le « Ravenel » était porté disparu avec les quinze personnes comptant à son bord.

L’article qui suit n’a d’autre but que de rendre hommage à ces valeureux marins.

Comme il est coutume dans la construction navale, à chaque sortie du chantier d’un navire, une maquette accompagne sa production, témoin miniature de la réalisation.

JPEG - 32.7 ko
Photo collection Joe Delage
La maquette du Ravenel, revenue de Métropole et restaurée à Miquelon.

Il semblerait que la maquette du « Ravenel » (photo n°1) ait été construite en 1960 par des artisans qui gravitaient autour des chantiers Mougin de Saint-Malo, d’où est sorti le chalutier, chantiers d’abord devenus Siccna, puis ACM de la Manche (construction du chalutier congélateur « Le Bretagne »), puis encore Leroux et Lotz et enfin Alstom Leroux Naval (construction du paquebot « Le Levant »). C’est à bord du cargo « Pinta » (armement Paturel-Dagort), que la maquette « serait arrivée » à Saint-Pierre. Au cours de l’année 1961, elle faisait partie du groupement de navires ou goélettes que l’on conduisait en procession pour la bénédiction de la mer lors de la traditionnelle Fête des Marins. En 1962, c’est le naufrage du « Ravenel ». Dès lors, la maquette n’est plus montrée en public... Durant la période qui suivit, la maquette, qui « aurait été entreposée » à l’ancien Musée de Saint-Pierre, aurait été symboliquement retournée en Métropole pour, dit-on à l’époque, contribuer à « enquête ou expertise  »... Pendant ce temps à Saint-Pierre, un projet de refaire une maquette «  semble » avoir été mis en route par M. Gabaret, alors Directeur de l’Ecole Technique, aujourd’hui Lycée Technique, mais « n’aurait pas abouti »...

Plus tard sous l’impulsion des autorités, et à la demande de la Société des Marins, à l’initiative de MM. Pierre Frioult (Président) et Gustave Lafargue, on confia à M. Jean Yon, Chef de l’atelier bois des Travaux publics, la construction d’une maquette qui « ferait mémoire au Ravenel tout en n’étant pas la réplique exacte afin de ne pas trop "choquer" les familles ».

C’est ainsi qu’avec les plans de construction du chalutier disparu, M. Yon s’attela à l’exécution de la maquette (photo n° 2) avec le précieux concours, notamment, de MM. Joseph Bourgeois et Maurice Larralde, ouvriers artisans bien connus.

JPEG - 55.2 ko
Photo collection Jean-Claude Fouchard
La maquette du Notre Dame des Marins, réalisée à Saint-Pierre en 1966.

Dans cet esprit de « reproduction non conforme », on travailla d’après plans, dans l’atelier d’abord, puis, « sur le terrain », on s’inspira d’un autre chalutier de la SPEC, le « Jan Maria » qui était amarré au quai (emplacement actuel du Cap Blanc).

Cette représentation a une longueur de 1,23 m pour une largeur de 0,20 m. Il faut savoir que les petites « boules » blanches situées sur les câbles des mâts (poulies appelées aussi marocains ainsi que les isolateurs) sont des perles en bois du chapelet appartenant à la grand-mère de M. Jean Yon ; que les poissons qui garnissent les parcs à poissons, sur le pont, sont des épinoches séchées, pêchées par lui à la « Pointe Enragée », petit cap situé en face de l’incinérateur ; que le «  gaillard » a été confectionné avec du treillis à mailles carrées qui provenait du « Ranch à Pichon » ; et que les mâts sont construits avec du « fin tubing ».

La construction s’échelonna sur presque deux mois en cette année 1966 ; et le navire appelé « Notre Dame des Marins » devint la propriété de la Société des Marins qui l’inclura dès lors dans son cortège de fête.

Les années s’écoulèrent...

Un jour, M. François Chauvin, à l’époque Chef de cabinet du Préfet de Saint-Pierre et Miquelon, Jean-François Carenco, reçut un appel téléphonique de Métropole, d’une de ses connaissances qui était en charge de la rénovation de locaux au Ministère des DOM-TOM à Paris, et où étaient groupés divers objets (collections-expositions, etc...) ; il fit part à son interlocuteur que s’y trouvait une réplique d’un bateau : « Ravenel, immatriculé 205 SPM ».

M. Chauvin, qui connaissait précisément bien l’histoire de l’Archipel, celle de la pêche et de la disparition du chalutier, en accord avec sa hiérarchie, prit la décision de faire revenir cet objet de mémoire au pays. Lors d’une relève d’un peloton de la gendarmerie mobile, par Transall C160 de l’armée de l’air, une grande caisse en bois de deux mètres de long et contenant la maquette arriva à Saint-Pierre en 1996. Elle aurait été confiée « sous sa responsabilité » à l’association des Amis du Musée, pour qu’elle s’ajoute aux collections du patrimoine de nos îles.

Cependant, plusieurs structures étaient fortement endommagées ou s’étaient détériorées au cours de ces longues années et nécessitaient absolument une rénovation. Mais qui se chargerait de ce délicat travail ?

En accord avec les représentants des associations des Amis du Musée et de la Société des Marins, mais aussi grâce aux démarches d’autres personnes, notamment des « Orphelins du Ravenel », on décida de confier les travaux à effectuer, à M. Joseph Orsiny, artisan de Miquelon. Grâce à un travail minutieux, cet excellent artiste, répara, rajouta, fixa, renouvela tout ce qui avait besoin de l’être, et ce, durant trois semaines.

JPEG - 38.7 ko
Photo collection Studio Briand et Fils
La maquette du Ravenel lors de la fête des marins 2001.

La maquette a retrouvé son allure d’antan, et le résultat est spectaculaire.

La coque est partiellement construite en bois, prolongée d’une partie métallique à l’avant et à l’arrière, tout comme la timonerie, les mâts et les gréements.

La longueur est de 1,40 m pour une largeur de 0,32 m, et l’ensemble est posé sur un « lit décoratif » représentant la mer. La population devrait pouvoir apprécier et admirer ces deux maquettes lors de la prochaine Fête des Marins, fixée au 3 juin cette année. Elle sera certainement émue mais fière de retrouver dans le cortège de la procession ces éléments du patrimoine local, dont un a été sauvé in extremis.

...

Qu’on me permette ici de remercier les nombreuses personnes qui m’ont reçu ou transmis des informations au cours de mes recherches, et notamment M. Jean-Luc Dérouet, Président en exercice de la Société des Marins.

J’aimerais, pour conclure, porter à votre connaissance ces quelques vers d’un poème écrit par M. Roland Lehuenen en 1956, intitulé « Rêverie Océane » et dont le Club des Lions s’était déjà inspiré, en témoignage de sympathie pour les familles des disparus du Ravenel, en 1962 : « Accoudé sur tes rocs, ô grève, je médite A ceux qui sont partis et pas tous revenus, En pensant que la mer, cette fille maudite, Ne nous les rendra plus. »

Commentaires

4 Messages de forum

  1. > Le Ravenel - Dossier de l’Echo des Caps No 842

    Collectionneur de timbres postes de SPM et de bateaux, je recherche les caractéristiques techniques du Ravenel, qui apparait sur un timbre de SPM : dimensions, motorisation,nb de marins, chantier d’origine

    par Jean-Louis ARAIGNON | 28 août 2003, 12:34
  2. > Le Ravenel - Dossier de l’Echo des Caps No 842

    Bonjour,

    La maquette du chalutier "Ravenel" a été construite par Monsieur Pierre LAURENT , maquettiste
    officiel aux chantiers Mougin , puis à la SICCNa .
    Généralement il en faisait deux , une pour l’armateur et une autre pour le chantier .
    Pour le reste ,je ne pourrais pas beaucoup vous aider,car le chantier est actuellement fermé ,
    (liquidation judiciaire , je pense ) et leurs archives ne sont pas accessibles , par contre je peux
    regarder dans les archives photographiques de Monsieur LAURENT .
    Ce maquettiste était mon père , malheureusement , il est décédé en juillet 2003 .
    Moi-même , j’ai travaillé dans ces chantiers de janvier 1962 ( j’avais 16 ans à l’époque )jusqu’en avril 1987 .

    Amicalement

    P. LAURENT

    | 10 février 2004, 15:10
  3. > Le Ravenel - Dossier de l’Echo des Caps No 842

    Merci pour les precisions Pierre.
    Il serait tres agreable en effet de pouvoir publier toute documentation disponible sur le Ravenel - ( Photos / plans ou autres ).

    Vous pouvez me la faire parvenir a mon adresse email SVP et je me chargerai de les publiers.

    Merci au nom de tous les lecteurs.

    Andre Lafargue

    par Andre Lafargue | 11 février 2004, 18:10
  4. Le Ravenel - Dossier de l’Echo des Caps No 842

    il serait interessant de connaitre le nom de l’ingenieur qui fit les plans du ravenel ainsi que beaucoup d’autres chalutiers du meme type .je veux parler de Me ROBERT GRECIET dont je suis le fils .

    | 20 mars 2007, 03:35