Jeanne Benameur, Ceux qui partent

Exil, sensibilité, féminité… Ces mots se bousculent pour traduire l’intensité d’une émotion ressentie à la lecture du roman de Jeanne Benameur, Ceux qui partent. Ellis Island, début du XXè, dans l’entre-deux-guerres. Le Nouveau Monde est de l’autre côté des formalités à accomplir. On a tout quitté, douleurs, massacres, ou vie aisée… Il faut tout reconstruire. […]

Lire la suite